Notre but chez YUX est de réaliser des projets digitaux et des services innovants qui contribuent à répondre aux besoins des populations africaines.

Depuis quatre années, nous travaillons avec de grandes entreprises, des start-up mais aussi des organisations internationales dans le domaine des télécoms, de la Fintech, de la santé, de l’éducation et d’autres. Ces collaborations nous ont permis de consolider notre expertise et de créer notre propre processus d’innovation - un processus où l’humain, ses besoins et aspirations sont placés au centre de notre démarche pour créer des expériences idéales.

Selon nous, créer une synergie inter équipes, constituées de sociologues, anthropologues, designers, développeurs et marketing permet d’anticiper les contraintes techniques et technologiques que nous pourrions rencontrer.

En travaillant avec une diversité de pays d’Afrique de l’Ouest, de l’Est et Centrale, les équipes de YUX se sont rendues compte que certains des outils utilisés en Occident aujourd’hui ne permettaient pas d’avoir des résultats suffisants pour créer des solutions innovantes sur le continent Africain.

Chez YUX, nous avons adapté cette approche au contexte économique et social africain, dans lequel nous évoluons pour créer des expériences accessibles et plaisantes pour les populations concernées.

Cette approche dont nous parlons, s’est construite d’elle même, certes nous restons sur une approche de design classique centrée utilisateur !

Mais ce qui change, ce sont nos outils, même si nous réalisons des études ethnographiques telles que l’observation, l’immersion ou des entretiens comme dans de nombreux pays, elles n’auront rien à voir avec ce que vous pouvez imaginer !

Prenons l’exemple du Sénégal, la majorité de la population travaille dans le secteur informel, lorsque nous devons aller observer des métiers ou des situations nous ne prenons pas de rendez vous avec les personnes, nous allons directement dans les rues pour les interroger, il est quasiment impossible de passer inaperçu ! Il y aura toujours une invitation à partager un thieboudienne ou un attaya ! Nous prenons notre temps pour évaluer la complexité de l’environnement dans lequel le projet va évoluer ce qui nous permettra de développer des concepts pertinents.

Ce processus se décompose en six phases qui se coordonnent et orchestrent de véritables innovations. 

La phase de planification

Cette première étape lors de nos projets est de loin la plus complexe, si le cadrage du projet est mal réalisé cela peut mettre en péril tout le processus !

Il faut donc créer une équipe coeur dédiée au projet au niveau de l’entreprise et au niveau de YUX. Nous définissons d’emblée les personnes qui prendront part à ce projet de la partie étude à la partie design.

Mais attention, il ne suffit pas de placer des personnes en fonction de leurs compétences, il faut aussi une compréhension ainsi qu’un alignement global sur les objectifs attendus par le client ou partenaire.

Ce “cahier des charges” comme on pourrait l’appeler va être obtenu grâce à des conversations approfondies avec toutes les parties prenantes du projet. Il faut être minutieux pour ne pas passer à côté d’opportunités possibles et pour créer une vision collective.

“Il faut avoir une vue globale d’un service ou d’un système pour savoir où mettre l’accent en terme de design”
Camille, UX researcher
 

La phase d’exploration

La phase d’exploration peut se diviser en deux approches, la qualitative et la quantitative. La phase qualitative est la partie d’étude ethnographique qui nous fera observer des tendances globales et des comportements individuels, l’objectif est de comprendre et décrypter les pratiques, représentations, jugements qu’ils ont par rapport au sujet étudié. Se mettre à la place de la personne interviewée demande de l’empathie ; une aptitude à laquelle tout designer doit être sensible pour décomposer les expériences vécues, celles qu’ils voudraient vivre et celles qui sont les plus importantes à leur yeux. Il faut se laisser surprendre par une exploration.

L’approche quantitative quant à elle va venir évaluer, dénombrer des usages et opinions, pouvoir généraliser des comportements grâce à des sondages, questionnaires. Choisir la bonne approche ainsi que les outils qui correspondent au contexte, aux profils des personnes à observer n’est pas simple. Se tromper n’est pas rare et permet d’affiner le choix des outils dans le temps.

Etude ethnographique à Kaolack, entretien individuel sur le thème de l’entrepreneuriat. Comme le montre la photo il ne sont pas tout le temps individuels, il n’est pas rare d’interroger plusieurs personnes en même temps. Il faut faire en sorte que personne ne se coupe la parole et poser les même questions aux différentes personnes.

La phase de définition

Une fois l’exploration achevée, nous passons à la définition, il est temps de comprendre, de décrire, d’analyser et d’expliquer ce que nous avons vu durant l’exploration.

Cette phase pour nous designers passe par des représentations visuelles telle que les cartes d’expérience, les écosystèmes visuels, etc…

A l’inverse de la phase d’exploration où nous avons divergé pour avoir le plus de données possibles nous allons ici converger vers différents besoins, envies qu’ont les utilisateurs.

Une fois que nous avons compris où nous devions nous diriger pour améliorer l’expérience de nos cibles, c’est le moment d’imaginer les différents scénarii possibles. Les phases de convergence et divergence sont empruntées à la méthode du double diamant.

“Le côté visuel des écosystèmes les gens adorent ! Ils se mettent tout de suite à la place des personnes et comprennent mieux leurs besoins.”
Mouhamadou, UX researcher

La phase d’idéation

Cette étape du processus va être à nouveau un moment de divergence. Ouvrir le champs des possibles pour créer le plus de scénarii possibles et imaginables. Des brainstormings vont avoir lieu pour avoir plus d’une centaines d’idées, ici il ne faut penser aux côtés techniques mais à l’expérience idéale.

Il faut réussir à mettre en place l’utilisateur avant, pendant et après l’utilisation du service. Ces expériences naissantes doivent être présentées au potentiel utilisateur, leur avis compte plus que tout car nous souhaitons son bonheur. Quoi de mieux que d’avoir son avis ?

Les confronter à différents scénarii nous permet de nous aiguiller sur la solution idéale qui leur sera adaptée et en plus qui conviendra à leur besoins. Si aucune ne leur convient il faudra itérer jusqu'à trouver la meilleure !  La co-création avec les utilisateurs est la clef pour réussir.

“Il est fort probable que lors de co-création avec des utilisateurs potentiels vous ayez des participants peu alphabétisés, pensez à jouer les scripts”
Nadia, UX Designer

La phase de prototypage et de test

Le prototypage ainsi que le test utilisateur à cette étape du processus est obligatoire, créer une maquette de produit, service et aller la tester auprès d’utilisateurs va légitimer ou non l’expérience créée et la forme qu’elle prend. Cela permettra aussi de prioriser les éléments du produit, service grâce aux utilisateurs finaux.

Encore une fois, il faut itérer, si les utilisateurs ne se sentent pas à l’aise, ne comprennent pas la maquette etc… il faut améliorer le prototype avant de le faire implémenter !

Phase de test pour un projet au Niger, nous testions ici la compréhension de différentes icônes.
Selon les pays, l’iconographie n’est pas perçu de la même manière.

 

La phase d’implémentation

La priorisation va créer un MVP, Minimum Viable Product, c’est un peu le concept test !

Ce produit permet de faire gagner du temps aux entreprises, la priorisation aura permis de mettre en dévelopement rapidement sans créer un produit couteau suisse avec 1000 fonctionnalités ! Une fois le MVP lancé il faudra implémenter les autres fonctionnalités petit à petit.

Cette dernière phase est décisive pour nos clients, celle ci va permettre de mettre en place leur produit service à l’aide de leurs équipes internes. L’implémentation d’un produit ou service est la naissance d’un projet long et surtout la prise de sens de tout projet, c’est à ce moment là que l’entreprise comprendra la plus value de toute notre démarche, lorsque les utilisateurs vont être de plus en plus nombreux avec un fort taux d’adoption.

Une fois ce produit service lancé il ne faut jamais en rester là, même si la valeur ajoutée est réelle et bien présente il faut toujours se remettre en question !

A partir du moment où des fonctionnalités sont créées ou ajoutées, il faut continuer à itérer, chercher de nouvelles fonctionctionnalités et améliorer celles qui existent déjà . L’itération comme son nom l’indique, fait recommencer le processus du début, ne jamais en rester là est le mot d'ordre de notre approche !
 

Ce qui nous avons appris en créant un processus design adapté à l'Afrique

Sur un continent où le design est encore une discipline timide nous souhaitons être proches des utilisateurs, les comprendre, et leur apporter ce dont ils ont vraiment besoin. Faire du copier coller de méthodes non adaptées  à notre contexte ne peut pas faire avancer positivement “les choses”.

Nous pourrions donc parler d’un design de l’informel !

Notre processus est vertueux et collaboratif, nous misons sur le travail d’équipe et la relation continue avec nos clients pour permettre aux populations concernées d’avoir la meilleure expérience possible.

Travailler avec cette approche a permis à nos équipes de se former plus largement, chacun a sa spécificité mais nombre d’entre nous s’initient à d’autres disciplines.
 

Les YUX Cards : toute notre méthodo partagée avec des conseils !

Suite à la création de notre processus, nous ne pouvions pas en rester là ! Aujourd’hui notre but avant tout est de  partager nos connaissances avec vous pour créer une unité de connaisseurs du design Made in Africa !

Nous avons donc décidé d’expliquer chaque outil que nous utilisons et comment nous les avons transformés pour s’adapter à la réalité locale dans un catalogue : YUX Cards !

Vous y trouverez des conseils de notre équipe YUX sur chacune des cartes, ils vous aideront à développer une approche appropriée à la population peu digitalisée ou oeuvrant dans le secteur informel.

Nous avons réalisé 38 cartes qui se partagent selon les  6 phases de notre approche YUX.
 

Pour les télécharger c’est par ici : YUX Cards